-
MAGAZINE DE LA FEMME BENINOISE | EDITON DE MARS 2013

Arrêter sa contraception pour être enceinte

Vous avez décidé d'arrêter votre contraception pour mettre en route un bébé. Mais comment gérer au mieux la transition ? Combien de temps faut-il pour tomber enceinte après l'arrêt ? Les réponses à vos questions.

La pilule ne réduit pas votre fertilité
L’utilisation de la pilule sur le long terme met-elle en péril vos chances de tomber rapidement enceinte ? Il était jusqu’alors bien difficile de répondre à cette question. Mais aujourd’hui, des spécialistes apportent des précisions rassurantes.
Alors que certaines études suggéraient que la prise de la pilule sur le long terme pouvait handicaper la survenue d’une grossesse, d’autres niaient totalement un quelconque effet… Malgré cela, près d’un tiers des femmes ont encore peur de potentiellement réduire leurs chances de tomber enceinte en prenant la pilule. Pour en savoir le coeur net, une équipe européenne a suivi des femmes qui ont interrompu leur contraception pour tomber enceintes.
Autant de chances de tomber enceinte !
Toutes les femmes participaient au programme européen de Surveillance active sur les contraceptifs oraux (baptisé Euras-OC), un essai clinique contrôlé portant sur 60 000 femmes utilisatrices de pilules contraceptives. Parmi elles, 2 064 ont stoppé leur contraception pour avoir un enfant et ont été alors suivies pendant au moins deux ans.
Le temps d’un cycle menstruel après l’arrêt de la pilule, 21,2 % des femmes sont tombées enceinte, ce qui est comparable au taux naturel de grossesse par cycle qui oscille entre 20 et 25 %. Un an après avoir mis au placard leur pilule, 79,4 % des femmes attendaient un heureux événement, une proportion qui est encore tout à fait comparable à celle des non-utilisatrices de contraceptifs.
Le temps moyen de conception était de trois mois : la moitié des femmes sont tombées enceinte avant et l’autre moitié après.

La durée d’utilisation sans influence

Cette étude permet également de battre en brèche d’autres idées reçues. Ainsi, la durée pendant laquelle les femmes ont pris leur contraceptif n’a pas d’influence sur les chances de conception. 79,3 % des femmes qui ont pris la pilule pendant moins de deux ans sont tombées enceintes dans l’année. C’est le cas de 81 % des femmes qui y ont eu recours pendant plus de deux ans. Ce qui veut dire qu’aucune différence significative n’a été observée, quel que soit le type d’hormone contraceptive utilisée.
Autre clarification : l’utilisation de la pilule n’a pas plus d’influence sur la fertilité des femmes plus âgées. Aucune différence entre les taux de grossesse entre les femmes de plus de 35 ans ayant utilisé la pilule et les autres comme en témoignent les résultats dans le tableau ci-dessous.

Ces taux de conception sont comparables à ceux des femmes du même groupe d’âge n’ayant jamais utilisé de contraceptifs oraux.
En conclusion, la pilule ne semble pas mettre en péril vos chances de tomber enceinte

La pilule booste la fertilité !

Voilà qui va rassurer de nombreuses femmes ! La pilule ne diminue pas les chances d’avoir, plus tard, un bébé. C’est le contraire, son utilisation pendant plus de 5 ans permettrait de tomber plus rapidement enceinte. Tels sont les résultats d’une enquête britannique réalisée auprès de plus de 8 000 couples
Méthode de contraception la plus efficace, la pilule agit en bloquant l’ovulation, soit le développement de l’oeuf. Il n’est pas donc étonnant que les médecins se soient rapidement inquiétés des possibilités ultérieures d’avoir un enfant pour les utilisatrices. Mais jusqu’à maintenant, les conclusions contradictoires se succédaient. Certaines d’entre elles décrivent une réduction de la fertilité pendant quelques mois après l’arrêt de la pilule, notamment chez les femmes de plus de 30 ans ayant pris longtemps ce contraceptif. D’autres au contraire, rapportent une diminution des problèmes d’infertilité après utilisation de la pilule.

75 % enceintes en moins de 6 mois

L’étude de l’équipe du Dr Alexandra Farrow* plaide en faveur d’une action bénéfique. Ces médecins britanniques ont entrepris une enquête auprès de 8 497 couples choisis au hasard. Les femmes ont été interrogées sur leurs anciennes habitudes contraceptives, alors qu’elles étaient enceintes de 18 semaines.
L’analyse des données recueillies a pris en compte toutes sortes de paramètres qui auraient pu modifier les résultats comme l’âge, le poids et la taille, l’existence d’un tabagisme maternel, la consommation d’alcool ou le niveau d’éducation.
Globalement, 74 % de ces couples sont parvenus à avoir un bébé en moins de 6 mois, 14 % en 6 à 12 mois et 12 % après plus d’un an. Ces résultats apparaissent tout à fait "normaux", c’est-à-dire correspond au temps moyen trouvé chez des couples ne souffrant pas de problèmes d’infertilité.
Cependant, les femmes qui avaient pris la pilule pendant plus de 5 ans ont été enceintes plus rapidement que les femmes n’ayant jamais utilisé cette forme de contraception ou l’ayant pris moins longtemps. Ainsi, les trois quarts d’entre elles ont réussi à devenir mères en moins de 6 mois contre 70,5 % des femmes n’ayant jamais utilisé la pilule.

Comment la pilule augmente-t-elle la fertilité ?

Comment expliquer ces résultats ? L’hypothèse que les femmes prenant la pilule sont naturellement plus fertiles que les autres femmes, est écarté par les auteurs.
Ils évoquent, en revanche, la possibilité que la pilule optimise les capacités de reproduction en contribuant à maintenir le stock de fer de l’organisme. Les femmes sous pilule tendent, en effet, à avoir des règles moins abondantes. Ce phénomène évite ainsi les déperditions de cet élément minéral.
Autre supposition, la prise de pilule pourrait diminuer le risque d’endométriose. Cette maladie se caractérise par la présence anormale de tissu utérin à l’intérieur des organes pelviens, voire parfois de la cavité abdominale. Cette affection altère les capacités de reproduction. La dissémination de ces bouts de tissu utérin en dehors de l’utérus semble, en effet, être favorisée par les règles, le sang tendant à remonter à l’intérieur du corps (menstruations rétrogrades).

Une conclusion favorable

Quoi qu’il en soit, les données de cette étude ne peuvent que réconforter les femmes qui désirent avoir un bébé après avoir pris la pilule pendant des années. Pas d’inquiétude non plus quant au devenir du bébé. De nombreuses autres études ont, en effet, prouvé que les enfants des femmes ayant pris la pilule ne diffèrent en rien des autres enfants. De même, le déroulement de la grossesse n’est pas influencé par l’utilisation antérieure de ce mode de contraception.
http://auptibonheur.forumactif.com/t1635-arreter-sa-contraception-pour-etre-enceinte